Des bracelets électroniques pour 28.000 collégiens de la Sarthe : le flicage commence à 11 ans !

Non il ne s’agit pas de délinquants, mais de Coraline ou Karim des collégiens comme les autres qui rentreront en 6ème à la rentrée 2022-2023. Leur chance ? Ils habitent dans la Sarthe et se verront offrir un bracelet connecté pour suivre leur activité : nombres de pas par jour, rythme cardiaque, etc. Il ne manque que la puce GPS ! De l’argent public bien dépensé selon la Présidente de la commission en charge des Sports. En effet, avec le Covid, les responsables se sont rendu compte d’une explosion de la sédentarité chez les jeunes.

Sans sport, les enfants du Covid sont devenus gras !

Incroyable ! Après avoir interdit le sport aux enfants qui n’étaient pas du tout concernés par cette « pandémie mondiale », on se rend compte qu’ils sont devenus grassouillets et qu’ils passent leur temps devant Netflix. Parfois, nous avons l’impression que nos chers dirigeants ont arrêté l’école sans finir leur « 4ème techno ». Si 7000 enfants sont concernés par ce « cadeau » ce sont 28.000 élèves qui seront équipés d’ici juillet 2026. Le but est d’inciter à la pratique sportive sous forme de jeu avec un programme « sport-santé » comprenant des questionnaires sur le temps passé devant leur écran et leurs habitudes alimentaires. Toutes ces données seront récupérées pour jauger l’état de santé global de ces jeunes via une application développée par l’Université de Paris. Alors passons sur le coût de ce programme, pour parler de ce qui nous dérange ici : le fichage de données à caractère médical concernant des mineurs.

Bouboule en camp de rééducation

Comment ces données seront-elles anonymisées ? Qui va les détenir, pour combien de temps ? Encore une pierre à l’édifice du Big Data. Sur la page du programme, on ne parle pas de tout ça forcément. On met surtout l’accent sur des gamins qui font du sport, tout content d’avoir un nouveau jouet électronique et des photos de quelques fonctionnaires en costard qui font la promo de leur idée de génie. On ne parle pas non plus des réfractaires. Les petits rebelles qui ne voudront pas participer à cette mascarade. Seront-ils punis s’ils ne jouent pas le jeu ? Comment seront-ils notés s’ils n’apportent pas leur joujou en cours d’EPS ? Et qu’en est-il des jeunes qui n’aiment pas le sport ? On parle de « prise en charge spécialisée des élèves dans le besoin pour des bilans nutritionnels individualisés. » Si Bouboule ne sait pas monter la corde à nœuds, il ira en camp de rééducation pour petits gros. Son crédit social va en prendre un coup.

Laisser un commentaire