Nos données personnelles en danger : l’UE vend son âme au diable ?

Avec la RGPD, il est très compliqué pour les GAFAM de récupérer nos données personnelles. Pourtant, la Commission européenne avec « Ursula d’enfer » à sa tête désire quand même faire des échanges avec l’Oncle Sam…

La grande braderie des données informatiques continue ! Après Prüm II qui va généraliser la reconnaissance faciale partout en Europe, voici que l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique ont trouvé un accord de principe pour des transferts internationaux de données.

Les très mal nommés Safe Harbor et Privacy Shield ayant été recalés en 2015 et 2020 par la CJUE (Cour de justice de l’Union européenne), l’oligarchie mondialiste n’a eu de cesse de trouver une base juridique pour faire passer la pilule.

Pilule rouge ou pilule bleue ?

Quelle pilule ? Une manière pour les GAFAM de récupérer les données des données des clients européens. Pourtant les juges de la CJUE ont tranché à deux reprises, car selon eux la surveillance opérée par les agences de renseignement américaines aux USA était insuffisamment encadrée pour répondre aux normes de la RGPD. Il faut dire qu’aux USA, c’est « open-bar » en ce qui concerne les données personnelles et c’est un peu la crainte des associations et des organismes soucieux du respect de la vie privée. La charmante, et pas du tout froide, présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen a déclaré :

« Nous avons réussi à trouver un équilibre entre la sécurité et le droit à la vie privée et à la protection des données ».

Inutile de dire que nous ne sommes pas du tout rassurés, car quand la mère Von der Leyen est aux manettes, on peut s’attendre au pire.

ursula von der la hyène
« – On va vous donner, tout ce que vous voulez
– Je me suis fait pipi dessus, Madame »

Laisser un commentaire