Alternative GAFAM : Brave, le navigateur courageux qui protège vos données

Le choix d’un navigateur est primordial pour protéger ses données sur Internet. Si vous nous suivez, vous savez que Google Chrome n’est pas recommandé. Brave, en revanche, est un bel exemple de respect de la vie privée…

Lancé en 2016, Brave est un navigateur basé sur Chromium, la version open source de Chrome. Disponible sur Windows, Mac, Linux, iOS et Android, ce logiciel a pour mission de bloquer systématiquement les « traceurs » ou « mouchards » qui sont envoyés par les sites Internet pour faire de vous un « conglomérat de données exploitables », comme le dit élégamment notre ami Bertrand Leblanc-Barbedienne.

Lors de votre navigation, Brave va vous notifier discrètement lorsqu’il déjoue la curiosité d’un site et vous pourrez même accéder à un rapport de confidentialité hebdomadaire sur les sites qui tentent le plus de vous pister parmi ceux que vous consultez. Et les résultats sont là puisqu’en plus d’être efficace, le chargement de vos pages Internet est accéléré (+40%). Vous économiserez la batterie de votre appareil mobile puisque la publicité est aussi bloquée. Autant d’images et de données superflues qui n’ont pas besoin d’être importées sur votre appareil…

brave
Les méduses sont facultatives, mais le navigateur est incontournable…

Un navigateur complet et respectueux de la vie privée

Alors que les premières versions du navigateur étaient plutôt « rustiques », Brave se paye le luxe d’être joli avec de belle image de fond et une sorte de bureau sur lequel vous trouverez vos sites favoris et différents modules facultatifs. On trouve par exemple Brave Talk, une solution de VoIP pour la visio ou Brave News qui affiche des actualités qui ne sont pas choisies en fonction de vos recherches, mais en relation avec ce que vous aurez décidé d’afficher. Ces actualités ne sont pour l’instant disponibles qu’en anglais, mais elles couvrent pas mal de domaines. C’est une réussite. On note aussi la compatibilité avec le système de téléchargement BitTorrent puisque le navigateur peut récupérer un fichier .torrent sous forme de lien magnet. Brave propose aussi un portefeuille de cryptomonnaies, encore en version bêta.

brave
Brave Talk, une solution de VoIP pour la visioconférence…

Un soupçon de Tor…

Encore plus fort, Brave propose une compatibilité avec Tor (pas encore sur les versions mobiles). Il suffit de cliquer sur la notification à droite de la barre de recherche pour se connecter au réseau en oignon. L’habillage de la fenêtre change alors et la navigation devient autant anonyme que ce réseau le permet.

Même si vous pouvez bien sûr utiliser n’importe quel moteur de recherche, le navigateur se connecte naturellement à Brave Search, son propre moteur issu de Tailcat. À l’inverse de DuckDuckGo qui utilise une partie de l’indexation de Bing (Microsoft), Brave Search est une tentative assez rare d’indexation d’Internet qui échappe aux GAFAM.

brave
Brave propose son propre moteur de recherche

…et une pincée de cryptomonnaie

Enfin, Brave propose un système de rétribution à base de cryptomonnaie, un peu comme le fait la plateforme vidéo Odysee. Brave bloque toute publicité, mais si vous le désirez, vous pouvez en afficher. Il s’agit d’annonces discrètes sans mouchards. Pour vous récompenser, Brave va vous distribuer des Basic Attention Token. Libre à vous de garder cette crypto ou de la distribuer comme pourboire aux créateurs de contenus qui vous plaisent.

Le partage des jetons est réalisé de la sorte :

  • 55 % au site
  • 30 % à Brave
  • 15 % pour vous !

Laisser un commentaire