C’est quoi la « Neutralité du Net » ? Doit-on la soutenir ou la combattre ?

La neutralité du Net est un principe devant garantir l’égalité de traitement de tous les flux de données sur Internet. Il s’agit d’un principe qui doit bannir les discriminations positives ou négatives en ce qui concerne la source des données, la destination ou son contenu. Explications…

Savez-vous à qui appartient Internet ? La question peut sembler stupide même s’il n’y a pas vraiment de réponse. En fait Internet n’appartient à personne, mais certains fournisseurs d’accès à Internet (FAI) veulent en prendre possession à leur manière en instaurant un « Internet à deux vitesses ». Comment ?

La neutralité du Net est un conflit qui se joue sur plusieurs fronts. D’un côté, il y a les FAI qui voient leur bande passante réquisitionnée par les géants du Web. En effet, plus de 50 % du débit Internet est partagé entre seulement 4 sites dans le monde avec 15 % juste pour Netflix. Les FAI estiment qu’ils n’ont pas à assumer seuls les frais du réseau, car les mastodontes d’Internet ne souhaitent pas dépenser un centime pour les infrastructures. Les FAI souhaitent donc répercuter ce coût sur les clients puisque c’est le seul levier dont ils disposent.

Un Internet sans limite au prix fort

Ils voudraient donc pouvoir proposer un abonnement « sans limite » pour les internautes fortunés et un abonnement standard qui exclurait les habitudes de consommation trop gourmande en bande passante comme le streaming, la VoIP ou les téléchargements lourds par exemple. Un Internet bridé donc où seuls les riches pourraient profiter d’Internet en somme. On se souvent de l’affaire Free contre YouTube il y a une dizaine d’années avec le jeune FAI qui bridait le trafic de YouTube pour que Google mette la main à la poche. Les pirates du dimanche se souviennent aussi des flux BitTorrent bridés ou bloqués par SFR et d’autres.

Officiellement, ces bridages n’existent plus en France, car l’Union européenne a légiféré sur ce sujet, mais ARCOM (ex-ARCEP) n’est pas très prompt à faire obéir les FAI qui détournent parfois le texte en mettant en avant leurs propres services de VOD plutôt qu‘un autre par exemple. Aux USA c’est plus complexe puisqu’il s’agit d’un combat qui dure depuis 2004 entre la FCC (Federal Communications Commission) qui change d’avis au gré du vent, la Chambre des représentants et les États qui souhaitent inscrire la neutralité à leur propre juridiction.

Les arguments POUR la neutralité du Net

La neutralité du Net lutte contre les discriminations.

La neutralité du Net, c’est le même Internet pour tous les internautes, pauvres ou riches, chinois ou américains. Mais c’est aussi un même Internet pour les sites Web, garantissant au blog de votre petit cousin le même débit que celui accordé à Google ou Facebook.

La neutralité du Net permet l’innovation.

Si les organisations se retrouvent à devoir payer pour leur bande passante, toute nouvelle startup sera condamnée à fermer dès qu’elle rencontrera un peu de succès, car rappelons que tous les géants du Web d’aujourd’hui se sont d’abord construits sur un modèle gratuit et non rentable.

C’est grâce à la neutralité du Net que nous avons du haut et très haut débit.

Oui, YouTube et Netflix pompent une grosse partie de la bande passante, mais c’est précisément pour cette raison que les FAI sont constamment contraints d’améliorer leur réseau. Sans neutralité, ces derniers se reposeraient sans doute sur le réseau existant et se contenteraient d’allouer la bande passante aux meilleurs payeurs.

La neutralité, c’est la liberté

Si les fournisseurs d’accès commencent à bloquer ou ralentir l’accès à certains sites et services, c’est la porte ouverte à toutes les censures. Il est inconcevable d’accorder à une poignée de sociétés privées le droit de décider de ce que doit être Internet.

Les arguments CONTRE la neutralité du Net

Les gros acteurs du Web pompent toute la bande passante sans payer un centime !

C’est vrai. Et c’est sans doute l’argument le plus percutant des « anti-neutralité », surtout si on apprécie peu Google et compagnie. Mais il faut aussi savoir que sans neutralité, jamais ces géants ne seront détrônés. Sur le court terme, la neutralité arrange bien Google, sur le long terme, elle est peut-être sa fossoyeuse.

La neutralité nuit à l’investissement dans les réseaux.

Les fournisseurs d’accès jouent les alarmistes : « Si on ne fait pas payer les services ou les internautes, on ne sera plus en mesure d’entretenir et d’améliorer les infrastructures réseau. » C’est faux. C’est la demande qui pousse à l’investissement. Sans neutralité, la demande en bande passante sera régulée, les investissements réduits, et les FAI, bien sûr, très riches.

neutralité du net
©Sebastien Desbenoit via Wikipédia

Laisser un commentaire