Tor : comment être le plus anonyme possible sur Internet ?

Tor est à la fois un logiciel et un protocole qui permet de surfer le plus anonymement possible sur le Web. Voyons comment se connecter et utiliser Tor efficacement sur votre ordinateur ou votre smartphone.

Tor est un réseau informatique décentralisé qui utilise une architecture en oignon. Le système est composé de routeurs organisés en couches d’où il tire son nom (Tor = The Onion Router). Les paquets de données transitent d’un routeur vers un autre. Même s’il est théoriquement possible de retrouver un utilisateur, il est très difficile de le faire, car chaque routeur ne possède que peu d’informations sur son successeur et son prédécesseur. Seul le nœud «de sortie» est connu.

Un outil anti-répression

Tor est plus que jamais critiqué comme le sont désormais les méthodes permettant de déjouer la surveillance généralisée. Ses ennemis, pour faire tomber ses défenses, se concentrent sur les nœuds de sortie en tentant de démasquer ses utilisateurs. Mais les développeurs ont toujours un coup d’avance. Pour les FAI qui interdisent ou scrutent l’utilisation de Tor, il est possible d’emprunter une passerelle qui fait passer le flux de Tor pour un autre protocole (protocol obfuscation).

Ultime promesse de sécurité apportée par Tor : toutes les données qui y transitent sont chiffrées. Tor anonymise les échanges de données sur Internet. Un dissident russe peut donc surfer sur un site interdit chez lui ou poster sur un blog ou un forum dissident, le tout sans révéler son emplacement géographique ou son identité.

Le grand méchant « darknet »

Tor est aussi une porte d’entrée sur ce que les médias appellent « le darknet ». Derrière ce terme terrifiant se cachent juste divers couples logiciel/protocole conçus pour différents usages classiques, mais anonymisés : téléchargement, surf, communication… Bref, éteignez la télé et passez outre les idées reçues de réseaux cachés où sévissent les vendeurs de drogue et les nazis… En réalité, les darknets ne sont pas si cachés que ça. Le temps d’une installation et vous êtes connecté. Notez que pour être et rester anonyme, il faut malgré tout être vigilant et adopter certains réflexes.

À lire également : Comment utiliser Tails : l’OS «amnésique» qui ne laisse aucune trace ?

Comment utiliser Tor sur PC et mobile ?

1/ Les différentes versions

Commencez par vous rendre sur le site officiel de Tor et choisissez la version adaptée à votre système d’exploitation (Windows, Mac ou Linux). Pour la version Android, vous pouvez télécharger le fichier APK ou vous rendre sur le Google Play Store, mais si vous avez commencé votre « dé-googlisation », vous pouvez aussi télécharger l’appli sur F-Droid. Dans la suite de ce tuto, nous verrons comment procéder sur Windows, mais Tor fonctionne de la même manière sur toutes les machines.

tor


2/ Se connecter

Une fois l’installation terminée, lancez le navigateur. Il s’agit en fait d’une version de Firefox modifiée pour ne fonctionner qu’en mode privé avec les nœuds Tor. Lors de la première connexion, il faudra cocher la case qui vous invite à utiliser Tor automatiquement puis faire Se connecter. Au bout de quelques secondes, vous êtes prêt à vous lancer… Contrairement à un VPN, il n’y a pas de point de défaillance unique et centralisé auquel vous devez faire confiance pour profiter d’Internet en toute confidentialité. Mais vous pouvez bien sûr cumuler les deux !

tor


3/ L’interface

En haut à gauche, vous pouvez choisir d’en savoir plus sur Tor. Vous pouvez aussi faire un don, vous abonner à la liste de diffusion ou consulter le manuel (ce faisant, le navigateur vous demandera si vous voulez prioriser les sites en .onion, mais nous verrons cela plus tard.). La vérité c’est qu’il n’y a rien à savoir ou presque. En utilisant ce navigateur relié à Tor, vous êtes presque anonyme sur Internet. Vous pouvez faire vos recherches avec DuckDuckGo, un moteur de recherche (à peu près) respectueux de la vie privée. En haut à droite, vous pouvez régler le niveau de sécurité. Plus vous l’augmentez et plus vous avez de chance d’avoir des défaillances sur certains sites (affichage, mauvaise requête, etc.) Juste à côté du bouton en forme de bouclier, vous pouvez aussi changer d’identité et redémarrer la connexion à Tor pour brouiller les pistes.

tor


4/ Un navigateur anti-censure

Tor vous rend presque anonyme et contourne aussi les restrictions, un peu comme le ferait un VPN (même si cela ne fonctionne pas de la même manière). Essayons de nous connecter à un site interdit en France comme RT France, banni par l’UE pour supposée collusion avec la Russie. Avec un navigateur normal, le site est comme inexistant. Pourtant, avec Tor vous avez accès à tout le contenu. C’est aussi le cas pour les sites LibGen (un moteur de recherche d’articles et de livres scientifiques banni en France), The Pirate Bay (téléchargement Torrent) et quantité d’autres sites censurés sur notre Internet français. Vous pensiez qu’il n’y avait que la Chine qui faisait ça ?

tor


5/ SOS dictature

Si votre FAI bride certains protocoles, filtre le trafic ou vous fait passer par un proxy, allez dans le menu en haut à droite avec les trois barres horizontales puis faites Paramètres. Si vous vous connectez de Russie ou de Chine, sachez que ces pays recherchent activement les utilisateurs de Tor (pour leur faire des bisous sans doute). Pour déjouer ces mesures, il est possible de passer par un « bridge », une passerelle qui masque votre protocole. Dans la partie Tor, cochez la case et optez pour le obfs4 avant de choisir Se connecter. Si cela ne fonctionne pas, essayez les deux autres (snowflake et meek-azure).

tor


6/ Les « sites cachés » du méchant Darknet

Depuis Tor Browser, vous créez et accédez aux services cachés (hidden services) : des sites se terminant par .onion et qui ne sont pas « visibles » sans Tor. Nous vous laissons faire vos propres recherches. Parmi ceux-ci, vous ne trouverez pas uniquement des sites incitant à la criminalité ou à l’achat d’armes. Certains sont consacrés à la défense de la liberté de parole, d’autres sont des blogs de journalistes dissidents… Ces sites cachés protègent à la fois l’hébergeur et le visiteur. Mais bon, vous trouverez aussi des trucs louches sur certains annuaires, alors soyez prudent.

tor


7/ Nos astuces pour ne pas compromettre votre anonymat

– Utilisez ce navigateur à part sans y installer des plugins ou des extensions de navigation qui pourraient en perturber le fonctionnement et, de ce fait, vous exposer.

– N’utilisez pas BitTorrent (ou un autre client Torrent) en même temps que Tor. Votre client pourrait trahir votre véritable adresse IP.

– N’ouvrez pas de document .PDF ou .DOC directement dans votre navigateur, cela pourrait aussi vous trahir. Téléchargez-les puis déconnectez-vous complètement d’Internet pour les ouvrir en toute sécurité.

À lire également : Les VPN : pour quoi faire ? Comment ça marche ?

Laisser un commentaire